What about… le National Novel Writing Month (NaNoWriMo) ? (ou comment écrire un livre en un mois)

Hey charmants lecteurs !

 

Pour l’article d’aujourd’hui, pas de livre, pas de couverture et pas de paragraphes compliqués, mais des auteurs, plein d’auteurs !

 

« Quoi, mais qu’est-ce qu’il raconte ? » me direz-vous. Et je vous répondrai, « Eh bien, je parle du NaNoWriMo » voyons ! Pour faire court, c’est un challenge qui propose de rédiger une bonne grosse moitié de roman en un mois. Ca ressemble beaucoup au Inktober des dessinateurs, pour ceux qui connaissent, mais là on parle d’écriture et du mois de Novembre (de sorte que les auteurs-dessinateurs prennent double ration).

 

I – Le NaNoWriMo, qu’est ce que c’est ?

 

Le National Novel Writing Month (NaNoWriMo ou juste NaNo) est donc un genre de concours littéraire mais sans compétition. Le style est libre, la forme aussi, seul compte le nombre final de mots qui doit atteindre 50 000 à la fin du mois, faisant ainsi de vous un « winner » ! (selon Wikipédia, 50 000 mots, ça fait à peu près 175 pages)

 

Si la charge de travail vous vous paraît élevée, pas de pression. Sachez que le but c’est surtout de se mettre à écrire régulièrement et de se tenir à un rythme, surtout que, j’insiste, il n’y a aucune rivalité entre les auteurs, qui sont, bien au contraire, encouragés à s’entre-aider et à évoquer ensemble leurs difficultés et leurs doutes pour progresser.

 

Le nombre de participants chaque année est ahurissant (l’an dernier, un peu plus de 400 000 personnes sur le globe, ce qui fait beaucoup dans le petit monde de l’écriture) et le site internet (en anglais) propose pas mal de ressources, et notamment des pep-talks, c’est-à-dire des lettres rédigées par des auteurs reconnus pour encourager les participants et leur donner des pistes et des indications de méthode (quand je dis reconnu, je pense à Garth Nix, Philip Pullmann, Maggie Stiefvater pour ne parler que d’eux).

 

Surtout, ce qui caractérise le NaNoWriMo c’est sa dimension communautaire : partout dans le monde vous pourrez trouver du soutien et en apporter. A l’échelle locale, des rencontres sont organisées (dans le Rhône-Alpes par exemple)

 

II – Ok, mais comment ça marche ?

 

Tout commence par la création dès aujourd’hui d’un compte sur le site dédié : http://nanowrimo.org/

 

On remplit ensuite un profil qui permet, entre autres choses, d’agir comme un réseau social d’auteurs afin, qui sait, de rencontrer directement, sans recourir aux forums, d’autres passionnés qui partagent nos goûts et peuvent nous apporter de l’aide quand on bute sur certaines étapes du travail d’écriture.

 

A partir du 1er novembre on peut (à mon avis, il faudrait en tout cas) commencer à écrire vraiment. Le site sert alors simplement d’outil pour comptabiliser le nombre de mots, nous motiver, nous permettre de nous attribuer des badges etc. Les écrits ne sont pas enregistrés sur le site, donc pas de risque de vol. Plus encore, si vous craignez vraiment pour l’intégrité de vos écrits, le site propose un guide pour mélanger les mots de votre roman en devenir, le rendant illisible, inexploitable par un lecteur, mais permettant de compter les mots sans souci. Tout est fait pour que les auteurs soient sereins.

 

A partir du 20 novembre, il est possible de mettre ses 50 000 mots en ligne, et celui qui le fait gagne le droit de dire qu’il a gagné ! Pas d’enjeux de dingue, juste le plaisir d’écrire associé à une bonne dose de régularité et d’auto-renforcement.

 

En prime, personne ne lira ce que vous écrivez sans votre accord, ce qui est un vrai plus pour les plus timides d’entre nous.

 

Et pour ceux qui ont des velléités d’écriture et qui envisagent d’en faire un jour plus qu’une passion intime, sachez que le site donne des conseils très pertinents pour terminer vos écrits, les faire relire, les faire publier etc.

 

Bref, très beau projet porté par une association qui vit grâce aux dons de ceux qui aiment le projet.

 

So what ?

 

Pourquoi je vous parle de ça ? Eh bien parce que j’ai décidé que cette année c’était la bonne pour me lancer. Et je vous y encourage si vous avez toujours voulu écrire sans trop oser. Vous trouverez là une bonne occasion de mettre vos doutes de côté, de bénéficier d’aide sur les forums dédiés et les communautés (y compris la nôtre) et d’enfin donner vie aux idées qui barbotent dans votre imaginaire.

 

J’en tirerai sans doute des articles, qui, je l’espère, vous intéresseront, mais serais sans doute moins disponible pour chroniquer de nouveaux romans.

 

Alors foncez vous inscrire, prenez votre plus belle plume et avancez-vous gaiement sur le chemin qui mène, j’en suis sûr, à l’estime de soi et qui vous conduira peut-être, qui sait, à faire l’objet d’une prochaine chronique sur ce blog quand le monde entier aura perçu ce qui fait que vous êtes vous !

 

Toutes les infos pour vous lancer sont dans l’article, mais n’hésitez pas à nous suivre sur Facebook, à y partager votre avancée et vos tracas et ce que vous pensez du projet ! Pour ma part, promis, je vous tiens informé de ce début de roman qui, je l’espère, vous plaira !

 

Draconiquement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *