Des crowdfundings pour janvier !

Salut les dragonautes !

Parce que c’est la tradition et qu’il paraît qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire : une magnifique année à écailles à chacun d’entre vous !

Aujourd’hui, un article un peu différent de l’habitude où l’on vous parle des deux financements participatifs qui nous ont tapé dans l’œil au mois de janvier. Si vous n’avez pas le temps d’arpenter les sites de financement participatif à la recherche d’une pépite, cet article est fait pour vous !

Les îles noires

Collection lancée par les éditions Organic, les Petites Bulles d’Univers sont l’alliance d’un auteur et d’un artiste plasticien/graphiste pour nous offrir une expérience narrative hors du commun. En nous faisant vivre la narration par l’objet-livre, il est permis de redécouvrir ce qu’est un livre en tant qu’entité physique, non plus seulement comme support. L’illustration n’est alors plus une simple décoration mais devient partie prenante au récit, tant dans sa conception que dans sa mise en page.

En bref, l’ambition des éditions Organic nous semblait déjà particulièrement digne d’intérêt en tant que telle. Mais avec Sylvie Lainé à la narration et Philippe Aureille au graphisme, dont les talents ne sont plus à démontrer, Les îles noires est un ouvrage intimiste au contour noir qui mérite qu’on s’y arrête.

Par ailleurs, la page du projet dessine les enjeux d’un récit où l’enfermement n’est pas nécessairement où on pense le trouver, et où Sylvie Lainé paraît questionner les notions d’évidence et de conviction, thèmes déjà très présents dans sa très riche bibliographie.

Bref, on participe et si vous voulez en apprendre plus et éventuellement faire de même, c’est juste là !

Les saisons de l’étrange

On aime ce genre de projet un peu fou, peut-être parce qu’il nous ressemble. Là aussi, il s’agit de redéfinir notre rapport à la narration, dans un monde où les séries télévisées sont une partie intégrante de notre imaginaire collectif. En s’inspirant du format des séries, Les saisons de l’étrange réinventent pour notre plus grand plaisir le concept du pulp, dans des écrins que ne renieraient pas les Weird Tales du siècle dernier (au temps pour nous pour le coup de vieux).

La première saison était celle des premiers gargouillis du maître, celle-ci se veut celle des premiers pas autonomes des grandes créatures poulpeuses, loin des bras rassurants et pelucheux des Moutons Electriques, leur partenaire pour la première saison. Il faut donc que ça marche, et bien.

Bref, pour en savoir plus, et participer si vous le souhaitez, c’est ici !

Voilà pour ce petit point qui vous donnera, on l’espère, de bonnes idées.

On se retrouve dès que possible avec de nouveaux articles, et on vous dit donc au plaisir !

Draconiquement,

Kaolis

Laisser un commentaire