What about… une playlist ?

Salut les dragonautes !

J’espère que vous allez bien et que le confinement ne vous monte pas trop à la tête ? Courage à vous tous qui ne pouvez pas rester chez vous, je vous envoie toutes les bonnes ondes possibles !

Puisqu’en ce moment, on a un peu de temps devant nous, je me suis dit que j’allais vous partager quelques coups de cœur musicaux de ces dernières années avec des mini-chroniques. Mais avant ça, quelques petites précisions :

1/ Tout d’abord, j’ai restreint cette liste à une seule chanson par artiste, ce qui ne veut pas dire que le reste des chansons des artistes ne vaut pas le coup, loin de là ! Soyez curieux, tous le méritent !

2/ J’ai essayé d’écarter les artistes trop connus. Je pense que vous savez déjà si vous aimez Eminem ou Billie Eilish, et l’objectif de cette playlist doit être de vous permettre de découvrir des choses !

3/ Je meurs d’envie de savoir combien de chansons vous connaissez dans cette liste ! Alors dites-le moi en commentaire ou sur les réseaux sociaux !

4/ J’ai fait deux playlists, l’une sur Spotify, l’autre sur Youtube. Sur la deuxième, j’ai privilégié des versions acoustiques ou live (bref qu’on ne trouve pas sur les plateformes de streaming) et, pour ne pas surcharger l’article, je ne mets cette dernière qu’une seule fois et pas sous chaque chronique !

5/ C’est *vraiment* éclectique. Vous aimez le rap, le métal ou l’électro-swing ? Il y en a. Et aussi du funk en lingala, de la pop en roumain et du rock japonais. Bref, si vous n’aimez pas une chanson, n’hésitez pas à passer, vous trouverez peut-être quand même des choses qui vous plaisent !

Ces quelques précisions apportées, place à la playlist !

La playlist :

La playlist Spotify (les chansons en version « normale »)
La playlist Youtube (avec les clips, les lives, les acoustiques, etc.)

1/ MPL – Diamants

Si vous avez lu nos derniers articles, vous le savez déjà : on pense que MPL est le meilleur groupe du moment. A l’occasion de la sortie de LU7, une compilation de leurs titres sortis entre le premier et le second album, nous vous proposons d’écouter Diamants. Il s’agit d’une interprétation française du titre Diamonds, de Rihanna, et c’est une belle manière de se rappeler qu’on est beaux comme des diamants dans le ciel.

2/ Lysistrata – Different Creatures

Au sein du paysage rock français qui manque parfois de diversité dans le son, Lysistrata fait figure d’exception. Trio compact, brutal dans son approche de la musique et extrêmement technique dans la composition de ses mélodies math-punk, Different Creatures est un uppercut bienveillant envoyé à vos oreilles.

3/ Something for Kate – Back to you (piano version)

Inconnu (ou presque) en France, le groupe australien Something for Kate propose d’ordinaire un son plutôt rock, caractérisé par la voix si particulière de son chanteur. Dans Back to you, en version piano, le groupe prend à revers la chanson originale et délivre une chanson déchirante dans l’interprétation. Une de mes chansons préférées de tous les temps.

4/ Melba – Jusqu’à la mer

Melba n’est pas encore la plus connue des chanteuses françaises, mais pour l’avoir vu sur scène, elle a tout pour le devenir. Des compositions soignées, des textes puissants et une énergie qui déchire, elle mérite mille fois votre écoute. Cette chanson, Jusqu’à la mer, est une dédicace à tous ceux qui ont un jour préféré louper l’école pour vivre un peu.

5/ TTNG – Badger

Du math-rock dans son exécution la plus parfaite. This Town Needs Guns (aujourd’hui TTNG, pour des raisons tant marketing que symboliques) est sorti de studio après avoir enregistré l’album Animals sans en avoir trouvé les titres. Pour reconnaître les pistes, des noms temporaires d’animaux, qui sont finalement devenus définitifs. Badger est une merveille de composition et l’occasion pour le chanteur de montrer une technicité moins présente dans le reste de l’album (tout aussi bon malgré tout, hein).

6/ TOOL – Pneuma

Est-ce qu’un artiste premier des ventes de disque aux USA (devant Taylor Swift et à la plus grande surprise de ses fans à l’époque) mérite d’être dans cette liste ? Je ne sais pas trop. Mais ce que je sais, c’est qu’il est inconcevable de ne pas avoir écouté au moins une fois une chanson de TOOL. Pneuma, au-delà de son message spirituel, est presque une démonstration du style du groupe mené par Meynard Keynes (dont nous reparlerons). A écouter, donc, et à creuser, surtout, si vous avez le sentiment que ça pourrait vous plaire. C’est le groupe d’une vie pour beaucoup de mes proches.

7/ Luke – D’où vient le vent

Alors oui, vous connaissez sans doute Luke. A l’époque de la Sentinelle, les radios bombardaient le titre et, pour beaucoup, le groupe (conduit par Thomas Boulard) était au croisement de Saez et Noir Désir, pour un son finalement pas si original. Pourtant, Luke a, pour moi, écrit parmi les plus belles chansons de rock français, et notamment celle-ci. Soliloque avec Dieu, interrogation face à la tentation du nihilisme, c’est un titre puissant dont le texte est incroyable.

8/ Glen Hansard – Say It To Me Now

J’ai découvert Glen Hansard, chanteur irlandais, leader du groupe The Frames, dans le film Once (si vous ne l’avez pas vu, je vous le conseille. Vraiment.) dans lequel il joue, entre autres, cette chanson, qu’il dit avoir écrite pour son ex. Say It To Me Now est en réalité une chanson plutôt destinée à lui-même, dans laquelle il revient sur un moment clé de la rupture et sur les choses qu’il aurait voulu dire. Toujours puissant dans l’interprétation, je vous suggère également d’écouter les chansons du groupe The Swell Season, qu’il compose avec sa partenaire à l’écran, Marketa Iglova.

9/ Ren & Sam Tompkins – Blind Eyed

Ren a tout pour plaire et pour agacer. Théâtral dans sa manière d’interpréter, indéniablement, mais avec un débit incroyable, un jeu de guitare au moins aussi bon et un sens des mélodies très développé, il livre depuis quelques années des mélodies brit-pop parmi les plus efficaces qui soient. Son acolyte de toujours, Sam Tompkins, interprète avec lui cette chanson entre pop et rap.

10/ Lucio Bukowski – L’art raffiné de l’ecchymose

Lucio Bukowski est, selon moi, le meilleur rappeur français. Voilà, c’est dit. Et cette chanson est probablement sa meilleure. J’aurais du mal à développer sans tomber dans les superlatifs en tous sens, mais voilà, si vous ne deviez vous faire une idée qu’avec une piste, ce serait celle-là. Dans ses références, ses métaphores filées et son flow, il fait étalage d’une culture incroyable.

11/ YUNGBLUD – hope for the underrated youth

Comme une sorte de doppelganger « mainstream » de Ren, en un peu plus punk, YUNGBLUD impose sa marque avec un phrasé très spécifique, alternant phases de chant maîtrisées et rap. Dans cette chanson, on retrouve tout ce qui fait le talent du groupe et un message dont l’époque a sans doute un peu besoin.

12/ Klô Pelgag – Les corbeaux

Chanteuse québecoise aux textes oniriques teintés d’auto-dérision dans l’interprétation, Klô Pelgag a un univers difficile à décrire. Les corbeaux est une pépite d’écriture, délicieusement cryptique et très sensible. Rares sont les chanteuses à parvenir aussi bien à embarquer dans une mélodie dès les premières notes.

13/ Lady Kill – The Son

Inspiré des Doors et d’une certaine forme de rock brut, Lady Kill propose une orchestration piano-guitare-voix (batterie sur scène) qui tranche avec les aspérités de la voix du chanteur. The Son est à l’image de l’EP dont il fait partie : imparfait mais tellement sincère qu’il en devient grandiose. C’est un groupe qui mérite d’être connu, et, s’ils me lisent un jour, de poursuivre sa route tant il constitue un diamant brut.

14/ Gemma Hayes – To Be Your Honey

Gemma Hayes est incroyablement précise dans ses intentions. C’est probablement sa principale qualité et ce qui fait de ses chansons de tels bijoux. To Be Your Honey, par exemple, transmet à la perfection la dualité d’émotions qui se dégage du texte, ode à l’amour et rejet des sentiments dans le même mouvement. Une expérience à vivre.

15/ Camille Hardouin – Les pirates

J’ai déjà parlé de Camille Hardouin, alors je ne reviendrai pas sur le fait qu’elle est merveilleuse (elle l’est). Parmi toutes les chansons qui composent l’album ou sorties depuis (notamment Terre d’oubli), j’ai choisi celle qui raconte une histoire. Alors posez tout, détendez-vous, et pensez aux moments de petite transgression.

16/ Sophie Hunger – Walzer Für Niemand

L’avantage d’être suisse, c’est qu’on peut écrire dans plusieurs langues. Dans la discographie de Sophie Hunger (que vous connaissez peut-être pour avoir réalisé la bande-originale du film Ma vie de Courgette), vous trouverez donc de l’anglais et du français, mais aussi, pour cette ballade mélancolique, de l’allemand. Vous pensez que l’allemand est une langue peu mélodique ? C’est peut-être l’occasion de changer d’avis et de vous laisser emporter par ce piano et ces cuivres.

17/ Yseult – Corps

J’ai hésité sur la chanson d’Yseult à vous partager. En ce moment, c’est une artiste que j’écoute beaucoup. Depuis son premier album, en 2016, elle a poursuivi sa route et emprunté des chemins que je n’aurais jamais soupçonné. De là, une alternance entre pistes mélodiques, comme celle-ci, et de trap (comme Noir ou 5H), avec une qualité vocale et une écriture toujours aussi précises.

18/ Nosfell – Mindala Jinka

Nosfell chante en anglais, en français et en klokobetz, la langue de Klokochazia, terre fictive dont il raconte les légendes avec une qualité vocale et une puissance d’interprétation dont on peut se demander si elles sont vraiment humaines. Mindala Jinka est une des plus grandes chansons de tous les temps (non, rien de moins, et oui, je le pense), alors foncez l’écouter.

19/ Halou – Honeythief

Honeythief parle d’amour et de l’admiration qu’on peut avoir pour son ou sa partenaire dans un monde parfois difficile. C’est doucement mélancolique et révélateur d’un son électro-pop, véritable marque de fabrique du groupe Halou. Si vous aimez la voix de la chanteuse et souhaitez en découvrir une face plus dynamique, nous vous conseillons l’écoute de Stonefruit, du même groupe.

20/ Cabadzi – Avant eux

Bon, Avant eux n’est pas une chanson joyeuse. C’est une chanson de haine envers un monde auquel le chanteur n’en peut plus d’appartenir. Mais c’est bien fait. C’est glaçant tellement c’est bien fait. Cabadzi porte la musique comme un rempart face au désespoir, et, pour les avoir vu sur scène, j’ai rarement vécu un tel moment de communion. Alors cette chanson, avec son beat-box, son violoncelle et ses paroles assénées comme des crochets à la face de l’époque, ça peut aussi faire du bien. A vous de voir.

21/ Flobots – Failure Games

Flobots est probablement l’un des groupes contestataires les plus inventifs de la décennie, et compte certainement parmi les meilleures plumes du rap US. Avec leur style inimitable et une orchestration plus électro que leurs précédents disques, Noenemies est un album génial qui s’ouvre sur Failure Games. A écouter, et surtout à creuser.

22/ Elliott Smith – Waltz #2

Elliott Smith a chanté l’addiction, la mélancolie et est mort à 34 ans dans des circonstances tragiques. Son œuvre est à l’image de sa vie : éphémère et incandescente. Waltz #2 est une valse (du coup, ça paraît logique) douce-amère, symbolique de l’amour qui passe. Une ballade-pop à opposer au vide.

23/ Batlik – Promenades

Il y a tellement à dire sur Batlik… De son apprentissage autodidacte de la guitare à son humour en passant par l’histoire de son dernier album, il fait partie des personnalités qui me fascinent. Promenades a l’un des textes les plus riches de l’album (dont les textes s’inspirent de l’œuvre de Cioran), avec notamment ces vers : « La vérité n’existe pas, tu crois l’avoir mais tu l’as pas. Croire qu’on dit la vérité, c’est comme croire en la réalité. ».

24/ Tamino – Indigo Night

Il y a un petit air de Robert Pattinson, et une douceur qui ne laissent pas indifférent chez Tamino. Mais c’est évidemment musicalement qu’il impressionne, avec un premier album, Amir, brillamment composé comme une série de voyages vers des états d’âme. Indigo Night raconte une histoire de renaissance, par la féminité et l’abandon de soi. Et le clip, superbe, achève un tableau magnifique.

25/ Saïkaly – Mama Oh I Swear

Mathieu Saïkaly écrit en français et en anglais des textes dont l’influence d’Elliott Smith paraît indéniable. Pourtant, à la mélancolie dévorante de Smith, il ajoute un sens de l’émerveillement qui lui est propre et donne un sens spirituel à l’acceptation de soi. C’est le sens de cette chanson, qui conjugue peurs et envie de se dépasser.

26/ Aloïse Sauvage – Dévorantes

Le premier album d’Aloïse Sauvage vient tout juste de sortir, mais s’il ne faut en écouter qu’une piste, c’est celle-ci. L’artiste y parle de ses envies dévorantes (qui donnent leur nom au titre) mais en fait autre chose qu’un ego-trip pourtant tentant quand on écrit. Avec une orchestration minimaliste et un phrasé plus parlé que dans ses autres productions, la chanteuse nous envoie un message finalement universel : et si on choisissait de vivre, simplement ?

27/ Daughter – Smother

Cette chanson est aussi sombre que la précédente était lumineuse. Jusqu’au paroxysme que constitue les derniers mots : « I sometimes wish I’d stayed inside my mother, never to come out », la chanteuse s’auto-déprécie. Ne partez pas, cependant ! Si Daughter chante une détresse existentielle, il y a bien d’autres choses dans cette mélodie, qui révèle une complexité des sentiments et, si on veut bien croire que les choix musicaux aient un sens, une envie d’un groupe de sauver une chanteuse. Bref, un texte puissant et une musique planante pour un morceau incroyable.

28/ Mansfield.TYA – Pour oublier je dors

Difficile, après la chanson précédente, de revenir à un texte lumineux tout de suite. Le choc serait violent. Pour oublier je dors est un bon palliatif. Avec son texte violemment mystérieux, sa mélodie douce et sa mélancolie contrebalancée par la complicité des deux musiciennes qui composent Mansfield.TYA, c’est probablement l’une des meilleures chansons du groupe, et certainement une écoute méritée.

29/ Alice Phoebe Lou & Olmo – Devil’s Sweetheart

Alice Phoebe Lou est sud-africaine et charrie une influence blues hallucinante de maturité. Dans cette chanson, accompagnée d’Olmo, elle démontrer avec brio la puissance de sa voix et son sens de l’interprétation. Une artiste à découvrir, donc.

30/ Asian Kung-fu Generation – Waltz in Codebook / 暗号のワルツ

Amour de jeunesse qui ne m’a jamais quitté, Asian Kung-fu Generation est un groupe de rock à l’influence inimaginable pour les auditeurs français (ils ont tout de même leur propre maison de disque, leur propre festival, etc.). Avec un son psychédélique, une batterie de haute voltige et un chant très brut, AKFG (pour les intimes) compose un univers onirique dont Waltz in Codebook est un bel exemple. A écouter sans préjugé.

31/ Sages comme des sauvages & Kate Stables – De l’eau

Le nouvel album de Sages comme des sauvages est sorti il y a quelques semaines et il tourne en boucle dans mes oreilles. Toujours composé autour d’une harmonie vocale entre Ava Carrère et Ismaël Colombani et de sons piochés dans des influences très diverses, le groupe parvient pourtant toujours à nous surprendre par des textes évocateurs et riches. De l’eau, avec (ou ek, comme l’indique, en créole, le disque) Kate Stables, est une piste magnifique, remplie de ce qui fait l’essence de leur musique. A découvrir.

32/ Mud Flow – Chemicals

J’ai découvert ce groupe, comme beaucoup, avec le jeu Life is Strange, mais cette chanson, Chemicals (qui répond à la piste The Sense Of Me) a tout d’une ballade progressive, dans le plus pur style de Foals ou d’alt-J. Pour planer et penser, vous ne trouverez pas mieux.

33/ Soan – Pas peur du ciel

J’ai eu du mal à choisir une chanson plutôt qu’une autre tant la discographie de Soan est homogène dans sa qualité. J’ai pris le parti de Pas peur du ciel, une chanson d’amour comme on en entend rarement, et l’une des plus belles que je connaisse. Que vous connaissiez ou pas Soan, les paroles de cette chanson ont toutes les raisons de traverser vos oreilles et de vous perforer l’âme.

34/ Heart Of A Coward – Eclipsed

Oui, j’enchaîne de la chanson française et du métal grunté. Même pas peur. Je ne suis pas fan du reste des chansons du groupe, mais celle-là… Si vous pensez qu’il est impossible de conjuguer violence et mélodie, vous pourriez bien être surpris. C’est la chanson que je dégaine systématiquement quand je tente d’illustrer le fait que le métal est un style très très précis. J’espère que vous en serez aussi convaincus que moi après ça !

35/ Jeanne Added – Be Sensational

Titre éponyme de l’album de Jeanne Added, Be Sensational est une chanson équivoque. Ballade électro-rock d’amour et de déchirement sincère et charnel, le morceau nous balance des images évocatrices au possible : « Know you’re my reason, my lunacy. » et des menaces tout aussi terribles « Try me running. ». Une chanson sur la folie des passions et ses conséquences, qui a sa place dans la playlist.

36/ Diam’s – Si c’était le dernier

Le meilleur rappeur, je vous l’ai déjà donné, mais… Diam’s est la meilleure rappeuse française. Et ce morceau est son titre le plus incroyable. Ego-trip absolu, fou de vulnérabilité et de lâcher-prise, il faut absolument l’avoir entendu au moins une fois dans sa vie. Laissez de côté les préjugés, passez outre les moqueries fréquentes sur l’artiste et prenez ce titre comme un pavé qui a, littéralement, été le dernier écrit et rappé par Diam’s.

37/ Puscifer – Grand Canyon

Meynard Keynes, le leader de TOOL et de A Perfect Circle, expérimente ses sons via le groupe Puscifer. Grand Canyon, titre mystique qui renvoie à la nature et à la majesté de ce qui nous dépasse, est une expérience, donc, qui tourne très bien. A écouter avec le clip pour rendre le voyage encore plus transcendental.

38/ Kolinga – Nguya na ngai

Kolinga, que j’ai découvert grâce à leur collaboration avec Gaël Faye, délivre avec Nguya na ngai un titre puissant en lingala (l’une des langues de la République du Congo) pour toutes les femmes et leurs luttes à travers le monde. L’occasion de découvrir un son oscillant entre funk, folk et jazz.

39/ Pandore – Road Trip

On a déjà parlé de Pandore, alors je fais bref : Road Trip est une très bonne introduction à l’univers de cet artiste talentueux. Un folk progressif et une montée en puissance pour un final qui sert à merveille le texte. Ce qui ne doit pas vous empêcher d’aller écouter le reste !

40/ Azad Lab – Milky Way

C’est de l’électro-swing mâtiné de rap et d’un soupçon de jazz, et c’est donc surtout un son unique. Azad Lab nous envoie dans les étoiles avec Milky Way, et ça fait du bien. Un groupe à découvrir pour danser et s’évader quelques minutes vers un ciel accueillant.

41/ Fall Therapy – Guilt

Sans Fall Therapy, cette liste n’aurait, littéralement, pas été la même. Je dois au musicien derrière ce projet la découverte de deux des chansons qui composent ce top et je ne saurais jamais trop le remercier pour ça. Avec Guilt, et ce son électro-ambient, il mérite de toute façon sa place dans cette liste. Si vous aimez l’électro qui vous emmène ailleurs, ouvrez grand votre âme, c’est un son qui y prend de la place.

42/ 3 minutes sur mer – Cage

Certaines musiques nécessitent plusieurs écoutes avant de révéler toute leur richesse. Ça a été le cas pour moi avec 3 minutes sur mer. Pourtant, aujourd’hui, j’ai du mal à trouver beaucoup de défauts à cette formation folk qui doit beaucoup au talent d’interprétation de son chanteur Guilhem Valayé. Cage est un petit bijou au sein d’une œuvre dense et parfois difficile d’accès.

43/ Lolomis – Romano Radio

Lolomis est un groupe français mais ses inspirations se trouvent dans les pays baltes, dont ils ont pioché le sens des musiques traditionnelles avant de les moderniser en y insufflant une certaine folie syncopante. Romano Radio n’échappe pas à cette règle, et a tous les atouts pour vous faire danser. Leur prochain album sort très bientôt, et vous ne voudrez pas manquer ça, indéniablement !

44/ Idaho – Basscrawl

Construite autour d’une ligne de basse (assez cohérent avec le titre, du coup), Basscrawl est un morceau planant dans un style slow-rock. Sans être particulièrement familier du groupe, cette chanson est toutefois une très belle manière de se détendre et de profiter de la ville, la nuit.

45/ Ben Mazué – La valse

J’aime beaucoup Ben Mazué, mais cette chanson dépasse de loin ses autres morceaux. Chanson pour les losers magnifiques, avec des paroles qui me donnent personnellement envie de me retrousser les manches en toutes circonstances servies par une voix claire et enjouée, La valse colle à l’oreille. Et c’est peut-être pas plus mal.

46/ Aurora – Running With The Wolves

En vrai, j’ai un peu le sentiment qu’Aurora est très connue maintenant, donc sans doute que vous connaissez. Tant pis, c’est mon joker mainstream. Running With The Wolves fait très certainement référence au livre de Clarissa Pinkola Estés et cette power-pop féminine nous fait retourner des montagnes (et courir avec les loups qu’on aura délogé du coup… c’était peut-être une mauvaise idée de retourner des montages.)

47/ Lola Marsh – She’s A Rainbow

Chanson de rebond incroyable de passion, She’s A Rainbow est ma chanson préférée du groupe israëlien Lola Marsh. Avec sa mélodie douce et son renversement homme/femme, la chanson véhicule beaucoup de belles choses. Et est-ce que j’ai parlé de cette mélodie ?

48/ Babx – Lettera

Les chansons qui racontent des histoires sont difficiles à écrire. Celle-là y arrive avec un style incroyable. Sans être spécialement amateur du reste de la discographie de Babx, cette piste reste pour moi un chef d’œuvre tragi-comique sublime.

49/ God is an astronaut – All Is Violent, All Is Bright

Les pistes du groupe se ressemblent (autant être honnête), mais dans le genre très particulier qu’est le post-rock, c’est souvent ce qu’on recherche. Vous voulez une musique instrumentale avec des montées épiques et une énergie folle ? GIAA est ce que vous cherchez, et cette chanson est la plus belle des portes d’entrée. (et un merci tout particulier à Mathieu Rivero pour cette découverte !)

50/ Architects – Hereafter

On termine sur du metalcore brutal, histoire de se réveiller. Architects est un des piliers du genre aujourd’hui, et cette chanson, qui alterne entre phases de screaming et phases plus chantées, montre pourquoi. Avec une maîtrise technique vocale et une composition aussi violente que mélodique, Hereafter est une chanson d’apocalypse qui ne pouvait que clore cette playlist.

So what ?

J’espère déjà que cette playlist vous aura plu et vous aura envie de découvrir l’univers de certains de ces artistes !

N’hésitez pas à nous dire en commentaire ce qui vous a plu, ce que vous connaissiez et ce que vous allez creuser ! Ca me fera terriblement plaisir si je parviens à vous faire découvrir un artiste qui vous plaît !

Sur ce, je vous souhaite une très belle journée et vous dis à bientôt !

Draconiquement,

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.